Rando raquettes et bivouac en cabane en Chartreuse avec Jéjé

Alléché par mes récits de bambées en montagne, le poto traileur Jéjé me fait part de son envie d'y viendre aussi. J'y concocte donc un petit parcours en Chartreuse, pour éviter d'aller se mettre sous une avalanche. J'ai un parcours à tester en Belledonne, mais ce sera pour une autre fois...

Départ vendredi soir vers 21h, à la frontale. On laisse la voiture à Pomarey, car la route pour le col de la Charmette est fermé. On y monte péniblement à la frontale, chaussant les raquettes à mi parcours. Puis nous prenons le sentier vers les Rochers de Chalves, a rythme escargot écrasés par le poids de nos sacs et nous enfonçant largement dans la neige mouillée.

Près de 5h plus tard, je sors la carte et le téléphone avec alpinequest: la cabane ne doit pas être loin, puisque nous avons débouché en lisière de forêt... On aurait probablement dû nous enfoncer en forêt et quitter la sente un peu avant, mais je n'ai pas vu le Rocher de Pré Plat, avec sa grotte...

Pas de souci, j'ai les coordonnées GPS. C'est à 280m. Hop, ascension puis redescente, à vue, d'une bosse, en évitant les trous (c'est un spot à spéléo, comme une grande partie de la Chartreuse...) et nous débouchons sans trop jardiner sur la cabane de Pré Plat.

Charmant petit chalet sans prétention, authentique, en bois.

Un bas flanc un peu petit, mais nous sommes de petits gabarits. Par contre, le poêle est de conception assez mauvaise et la cheminée bien encrassée...

On s’enfume la gueule pendant quelques heures, Jéjé fait son bricoleur et tente un ramonage, en demi-succès, demi-échec, et au final, à 4h30 du mat, nous nous mettons à table, abandonnant l'idée de chaleur et d’atmosphère rougeoyante. C'est vite plié, soupe champipis pasta, charcut', et hop dans le sac de couchage.

Nous ne sommes pas pressés de partir le lendemain matin: il vente, il pleut... Départ à 14h, avec le sourire tout de même. La météo se calme, d'ailleurs.

Jéjé, t'es prêt pour les quelques km qui nous attendent ? C'est pas long, mais c'est "épais". Prêt !

D'abord une petite visite au chalet des Banettes, au cas où y aurait du pain tout chaud qui sort du four (mouahahah) pour jeter un œil aux conditions poêle / bois... Au cas où on préférerais revenir ici le soir... (en fait vu la difficulté de progression et d'orientation, on ne l'aurait de toute façon pas fait !)

Construite en béton, ça a beaucoup moins de charme que la cabane de Pré Plat.

Un peu de petit bois, pas de gros, allez zou, fini la visite. Allons à notre destination prévue: le refuge d'Hurtières.

Et en chemin pour le col d'Hurtières, commence les hostilités :-) Un quasi jour blanc, du vent et du froid, et plus de traces d'humains.

Je dois donc veiller à repérer le chemin, ou à deviner la trajectoire globale, tout en évitant les plus grosses accus de neige, dans lesquelles on s'enfonce. Finalement, nous débouchons sans problème sur le col d'Hurtières, et descendons vers le refuge.

Jéjé n'a pas chaud. Il fait une prière à sainte rita.

Refuge d'hurtières, nous voilà. 2° dans la pièce.

Mais ! Un poêle, qui s’avérera d'une efficacité redoutable, et du bois ! Jéjé s'en occupe à merveille et fait grimper la température jusqu'à 20° (pas de soucis pour les suivants: y a le plein de bois en train de sécher !)

Il y a des matelas dans l'espace couchage... On va être au top ! Jéjé se met aux fourneaux, et fait cuire de la neige...

Premier repas : on s’envoie un peu de charcuterie et de fromage... Un bon rouquin pour moi, un peu de bière pour Jéjé, qui a ramené une terrine fait maison...

Quelques heures plus tard, on s'y remet : Mont d'or !

Je dors comme un loir pendant toute la nuit... ça fait des semaines voire des mois que je n'ai pas aussi bien fait dodow !

Les bonnes choses ont une fin, dimanche matin c'est temps de rentrer...

Ca a pas mal fondu malgré des tombées entre deux: en décembre j'étais passé avec Clélia, et ça me parait plus dégagé...

Nous dépassons le col de Sure et rejoignons le col de la Grande Vache. Il vente, c'est monstrueux ! Il doit y avoir un vent à 30-40km/h et des rafales à plus de 60km/h.

La vue sur la Chartreuse est et Belledonne derrière est sublime.

Jéjé est aux anges, tout comme moi ! Ce vent frais nous remet les idées en place, on adore !

Hop, redescente dans les bois. C'est calme, silencieux... Très agréable également...

27.5km 1300mD+ sur les 3 jours. Soit environ 11h de marche ! Les conditions météo n'étaient pas spécialement mauvaises, la qualité de la neige laissait bien à désirer par contre.

Aller zou, on va où la prochaine fois ?


Commentaires migré de l'ancien blog:

Arclusaz: la neige, c'est vraiment la misère. En plus, y en a pas beaucoup et vous en faite cuire :-)

Arthurbaldur: Un mec qui aime la boite a forcément bon gout.

PapyLION: Cela ma rappelle notre traversée de la CHARTREUSE en raquettes; mais en moins costaud bien sûr. Bravo pour ces images?

didscott: merci du partage de ton week-end en chartreuse. j'adore l'atmosphère de tes sorties.

  • Ascension à la frontale le vendredi soir

  • Yes ! On arrive à la cabane. 3h du mat'

  • Bas flanc pour dormir. Pas large !

  • Le poêle a la conception pas terrible

  • Jéjé a la banane, oh yeah

  • ça semble bien bouché là haut

  • Prêt Jéjé ? Prêt

  • Visite locative

  • Saloute

  • Jéjé se pèle le fion

  • On prend quand même quelques instants sur le chemin pour admirer le paysage

  • Prière à Ste Rita

  • 2°, c'est pas si pire

  • Mais on va améliorer ça

  • On fait cuire de la neige

  • Et on passe à l'attaque. Premier repas

  • Suivi d'un second 1h plus tard

  • Miam miam...

  • N'est ce pas magnifique ?

  • Et hop, au boulôt !

  • Mer de nuage dans la vallée

  • Qu'est ce que c'est déneigé... drôle d'hiver

  • Un vent de malade !

  • ça décoiffe !

  • Dernière vue sur les sommets

  • Une dernière rafale

  • Et on plonge dans les bois

  • C'est agréable aussi

Loading more...